Communiqué de la Mission Populaire Evangélique de France

Communiqué du Comité National

au sujet de l’accueil des migrants et des jeunes étrangers isolés

Inquiétude et indignation

Le Conseil d’Etat est amené à se prononcer sur le référé dont il a été saisi par un collectif de 28 associations pour demander la suspension de la « circulaire Collomb » et la discussion à l’Assemblée Nationale sur la proposition d’une nouvelle loi sur l’Asile va débuter la semaine prochaine.

Le Comité National de la Mission Populaire, lors de sa réunion du samedi 17 février 2017, a tenu à exprimer sa profonde inquiétude sur les conséquences des nouvelles directives qui sont prises en matière d’accueil des personnes qui viennent chercher asile dans notre pays et son indignation sur la façon dont elles sont actuellement traitées.

Un soutien aux démarches auprès des pouvoirs publics

La Mission populaire s’est associée avec conviction aux diverses démarches organisées pour essayer de faire pression sur le gouvernement et obtenir une profonde modification du discours et des mesures qui sont actuellement proposées et qui, en particulier, instille et légitime une vision insidieuse et erronée qui tend à opposer les migrants entre eux : les victimes de conflits reconnus qui seraient les seules légitimes et toutes les autres qu’il faudrait expulser sans délais. C’est une position que tous les acteurs de l’accueil et de l’accompagnement des migrants savent réductrice autant qu’inapplicable. Même des personnels de l’OFPRA manifestent leur inquiétude par un mouvement de grève.

Toutes ces actions, les déclarations et les diverses démarches et négociations avec les pouvoirs publics (notamment celles récentes de la Fédération de l’Entraide Protestante et du Secours Catholique ou de la Fédération Protestante de France) sont importantes et indispensables.

Elles doivent se poursuivre avec ténacité et mobiliser le plus largement possible.

Une situation intolérable

Cependant des jeunes meurent dans la neige des Alpes, se suicident en se jetant sous des trains ou du haut d’un immeuble après avoir pourtant, pendant des mois, affronté l’inhumaine traversée de l’Europe ou de la Méditerranée. Et le Ministre de l’Intérieur ose nier que des mineurs étrangers isolés dorment et survivent dans les rues de Paris… que Médecins du Monde, dans le nouvel accueil de jour qu’ils viennent d’ouvrir, avec d’autres associations et personnes accueillent pourtant, de plus en plus nombreux.

Appel à un accueil inconditionnel immédiat

Heureusement une mobilisation citoyenne très diverse et concrète se manifeste aujourd’hui. Multiples initiatives individuelles ou collectives surgissent pour mettre à l’abri et accueillir ces jeunes qui sont aujourd’hui environ 25000 dans notre pays. Au sein des « fraternités » de la Mission Populaire nombreuses actions sont aussi menées en leur faveur.

C’est pourquoi le Comité National de la Mission Populaire affirme qu’il est intolérable que les personnes qui viennent chercher asile dans notre pays, et en particulier ces jeunes isolés, soient ainsi maltraités et que, quelles que soient les décisions politiques qui seront prises, il y a urgence pour qu’ils soient accueillis, protégés et accompagnés avec humanité et dignité.

Le Comité National invite donc tous les membres de ses « fraternités », des diverses Eglises avec lesquelles la Mission Populaire collabore et tous les citoyens de ce pays à s’engager davantage encore dans toutes les initiatives, légales ou non, qui permettront de les protéger, les accueillir et les soutenir.

Pour le Comité National de la MPEF,

Philippe VERSEILS

Secrétaire Général